21

Mar

 

Matagami, le 21 mars 2014. —

Le 12 mars 2014 à Lebel-sur-Quévillon, GéoMégA a donné une séance publique d’information concernant le projet Montviel et les derniers développements. Cette rencontre organisée en collaboration avec la Ville et la Société de développement économique de Lebel-sur-Quévillon a attiré plus d’une soixantaine de personnes. L’Administration régionale Baie-James (ARBJ) suit avec grand intérêt les développements dans ce projet.

Le Comité de développement Montviel est formé de représentants de la Ville et de la Société de développement économique de Lebel-sur-Quévillon, ainsi que de représentants de GéoMégA. Il a été mis en place afin de concilier les efforts de chacune des parties impliquées ainsi que les attentes des citoyens vers l’accomplissement des intérêts communs, dont l’emploi local et la diversification économique.

La propriété de Montviel se situe à 100 km au nord de Lebel‐sur‐Quévillon et à 45 km à l’ouest de Waswanipi. Elle bénéficie d’un accès routier et est à proximité du réseau électrique. Les premiers travaux d’exploration sur le site remontent à 1958 avec Jowsey Mining, après qu’on y ait observé des anomalies. Dans les années 1970, une réanalyse des carottes prélevées par forage en 1958 ont permis de détecter la présence d’éléments de terres rares. D’autres travaux d’explorations ont été réalisés en 1993, en 2002 puis en 2005. En 2010, l’engouement de GéoMégA pour l’exploitation des éléments de terres rares a connu une forte effervescence avec la montée drastique de la valeur des minéraux, ainsi qu’avec la popularité grandissante des produits faisant
appel aux éléments de terres rares, notamment dans les domaines des éoliennes et des voitures électriques. Depuis 2010, GéoMégA, a acquis la propriété Montviel et poursuivi les travaux d’exploration sur le site.

GéoMégA a mis au point un procédé d’extraction respectueux de l’environnement. Il est prévu que l’usine et les machineries fonctionneront entièrement à l’électricité. De plus, l’exploitation souterraine prévoit que 75 % des résidus seront retournés sous terre dans un remblai en pâte. Le reste sera disposé en surface dans un parc à résidus. Enfin, GéoMégA aura recours à un procédé unique de séparation physique qu’elle a mise au point utilisant les champs électriques plutôt que des solvants pour transformer le concentré en éléments individuels à haute pureté. Il n’existe encore au Québec aucune norme pour l’exploitation des éléments de terres rares. GéoMégA collabore actuellement avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) pour établir les bases d’un tel cadre.

Le projet Montviel est au stade de l’étude préliminaire qui est attendue prochainement. L’étude d’impacts environnementales et sociales, l’étude de faisabilité et le schéma du plan d’extraction et de transformation primaire seront également réalisés au cours des prochains mois. Si ces étapes se déroulent bien et que les résultats des études à venir le permettent, l’usine pourrait entrer en exploitation vers 2017-2018. Une prochaine séance publique d’information est à prévoir vers le début de l’été 2014 concernant
l’étude préliminaire.

 

— 30 —


Source 

Administration régionale Baie-James
Sans frais : 1 800 516-4111
Téléphone : 819 739-4111
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

 

Haut